Lundi 29 mars 2021

Photo que j'ai faite sur la beauté du ciel.
Fumigène

Linceul en guise de couette. Peu de différence apparente entre l’endormi et le… néant. Il faudrait peut-être un long discours pour étayer ces deux phrases mais la concision est explicite. En vain, parfois, l’ancien et le neuf se mélangent pour la fantaisie esthétique. Les giboulées de mars n’arrangent rien à la mélancolie du vide, et de plus, brisent les cache-pots customisés, dans la remise à la porte branlante. Mille petits éclats de mosaïque vinrent choir, éventrés comme les illusions de l’endormi… impassible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.